Le Chanoyu, un élément clé de la culture japonaise

Véritable richesse de la culture japonaise, la cérémonie du thé communément appelé « Chanoyu » est une tradition que les Japonais conservent jalousement.

Plus qu’un simple rituel, il s’agit d’un véritable art qui se transmet de génération en génération depuis l’ère Edo. Cet article vous apportera toutes les informations sur le Chanoyu.

Le Chanoyu, qu’est ce que c’est ?

le Chanoyu

 

La cérémonie du thé est un rituel qui est le plus souvent pratiqué dans les familles conventionnelles japonaises. Aujourd’hui encore, bon nombre de Japonais pratiquent cette cérémonie. Ils y ont généralement recours lorsqu’ils accueillent des invités. Mais vous pouvez aussi assister à ce type de rituel dans les salons de thé, car ils sont encore très nombreux à le pratiquer. Parfois, ces lieux d’accueil engagent même des geishas, ces actrices du rituel.

Le Chanoyu est fortement apprécié par les adeptes de la culture japonaise. D’ailleurs, en Occident, ils sont nombreux à vouloir reproduire la cérémonie du thé japonaise, sans pour autant arriver à le faire fidèlement.

Les ustensiles nécessaires à une cérémonie du thé

Les ustensiles nécessaires à une cérémonie du thé

Pour réaliser une cérémonie du thé, il faudra disposer de plusieurs ustensiles et objets essentiels comme le bol à thé ou « chawan ». C’est dans ce contenant que l’hôte prépare directement le thé avant de le servir à ses invités. D’une grande valeur, il se décline en différents styles et le choix de ce bol dépendra de plusieurs critères allant de l’hôte aux convives en passant par la saison de l’année.

On a aussi besoin d’un « mizusashi » (pot à eau) pour garder l’eau fraîche avant d’être versée dans le « kama » (bouilloire) pour être bouillie. L’eau que l’hôte aura utilisée pour nettoyer le bol à thé sera ensuite versée dans le « kensui » (pot à eau usée).

Pour verser l’eau chaude dans le chawan, l’hôte aura besoin d’un « hishaku » (louche en bambou). Il pourra ensuite prendre la dose adéquate de thé en poudre grâce àune fine spatule en bambou. Pour mélanger le thé, il se servira du « chasen » (fouet) et essayera le bol de thé à l’aide d’un « chakin » (tissu en lin ou en chanvre). Pour essuyer les autres ustensiles, il utilisera un « fukusa » (tissu en soie).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant de naviguer sur ce site, j'accepte la politique de cookies. plus d'informations

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close